Neuroathletik Experte Dr. Eric Cobb bei einem Vortrag auf dem ARTZT Symposium

Eric Cobb sur l'entraînement neuro-athlétique

Entretien avec le Dr Eric Cobb, expert en neuro-athlétisme, sur l'entraînement neurocentré

Durée de lecture : 7 min.

Eric, que signifie le Z de Z-Health?

Tout le monde me pose cette question. Quand j'ai commencé Z-Health au début des années 90, je travaillais avec un médecin russe et je m'entraînais en Russie. Le mot russe pour santé est здоровье (zdorov'ye) et celui-ci commence par un Z.  Il s'agit donc d'un hommage à ces premières influences. J'ai essayé de le changer au fil des années, mais il est resté en quelque sorte. Nous l'aimons bien, alors nous l'avons laissé.

Qu'est-ce que Z-Health exactement et comment tout a commencé ?

Z-Health représente deux domaines. D'une part, l'entreprise et d'autre part, notre concept de formation. Nous avons un cursus complet, comparable à un master ou à un doctorat. Nous nous sommes ainsi spécialisés dans la formation "entraînement neurocentrique" pour les physiothérapeutes, les médecins et les entraîneurs sportifs qui souhaitent intégrer les composantes de la tête et du cerveau dans leur champ d'activité.

Comme je l'ai déjà mentionné, j'ai commencé à m'entraîner juste après mes études et je me sentais initialement en forme et bien préparé avec la matière scolaire. Cependant, j'ai très vite été insatisfait et frustré par les résultats que j'obtenais avec mes clients, sportifs ou patients. Il n'y avait souvent que de petites améliorations et la plupart du temps, le processus durait très, très longtemps. En outre, j'ai moi-même subi quelques blessures et j'étais pour ainsi dire moi-même un patient souffrant de douleurs chroniques - un patient avec de nombreuses thérapies et peu de succès. J'ai eu la chance d'avoir un professeur à l'université qui avait étudié et enseigné - on dirait aujourd'hui - la neuro-physiologie moderne de la douleur et qui m'a passionné pour ce sujet. Il a éveillé mon intérêt pour la neurologie en tant que telle et la manière dont les connaissances en neurologie pouvaient être utilisées pour améliorer le mouvement et la douleur. Entre 1995 et 2002/2003, j'ai testé mes nouvelles connaissances sur moi-même et mes clients. Ces connaissances constituent aujourd'hui la base du concept de formation Z-Health. Lorsque les gens me demandent comment le Z-Health est né, la réponse est : "Le Z-Health est le résultat de ma propre frustration". Et je le vois aussi chez les participants à nos séminaires. Ils veulent aider leurs clients et patients plus rapidement et plus efficacement.

>> Suggestion de lecture : Formations d'entraîneur de neuro-athlétisme avec Z-Health

Tu es l'un des principaux experts mondiaux de l'entraînement neurocentrique et tu as entre-temps formé de très nombreux entraîneurs et thérapeutes. Pourquoi ce thème est-il si demandé actuellement?

Cela m'étonne également. Je pense qu'il y a deux raisons pour lesquelles je m'adresse à autant de personnes avec mon concept. Premièrement, les entraîneurs et les thérapeutes se heurtent toujours à des limites avec leurs méthodes connues. Pourtant, ils comprennent de plus en plus le rôle important que jouent les connaissances sur le fonctionnement et l'action du système nerveux pour leur propre succès en tant que thérapeutes ou entraîneurs. Deuxièmement, la neuroplasticité. La neuroplasticité signifie que notre cerveau peut se modifier en fonction d'un entraînement stimulant et adapté.  Cela n'a pas l'air si cool aujourd'hui, mais il y a 20 ans, lorsque j'étais à l'école, on pensait que le cerveau cessait de changer et de grandir à partir de 25 ans. Nous savons maintenant que de nouveaux neurones peuvent être créés et que des voies nerveuses peuvent être modifiées par l'action tout au long de la vie, ce qui suscite naturellement beaucoup d'intérêt pour le thème de l'entraînement neurocentrique. Une grande partie de ce que nous faisons dans les formations consiste à enseigner des exercices et des évaluations qui, avec la bonne focalisation, peuvent entraîner des modifications des structures cérébrales. Et si tout est utilisé correctement, ces changements se produisent très rapidement, ce qui est cool!

Peux-tu citer des exemples d'amélioration du travail des thérapeutes et des entraîneurs ou de la situation de leurs clients grâce à l'entraînement neurocentrique ?

Oui, bien sûr. Je conçois et donne des cours de la manière dont j'aimerais moi-même les entendre. Je suis quelqu'un de pratique et j'essaie d'être très clair. Dans tous les cours, il y a trois domaines différents. Tout d'abord, la science. Tous les participants n'aiment pas cela. Ils pensent "science et apprentissage, c'était à l'école. Nous voulons aller directement à la pratique !" Mais je pense que comprendre comment le cerveau et le corps sont en relation est très important. Ensuite vient la pratique, où nous faisons de nombreuses évaluations et tests que de nombreux thérapeutes, entraîneurs et médecins n'ont soit jamais vus, soit connus dans un modèle très statique. Nous les aidons à adapter des connaissances connues et leur montrons en outre de nombreux tests. Par exemple, dans notre cours fondamental, ils apprennent à connaître les tests du système visuel et vestibulaire. Peu de gens les connaissent dans leur formation précédente. Après les tests, ils apprennent des trills d'entraînement qu'ils peuvent utiliser pour améliorer les problèmes constatés. Dans tous les cours, on reçoit un ensemble d'informations de base, de tests/évaluations et d'exercices/drills d'entraînement basés sur les tests.

Quel est le résultat le plus impressionnant que quelqu'un ait obtenu avec votre système ?

Je fais ça depuis si longtemps que je pourrais raconter des milliers d'histoires cool.

Dis-en plus!

Nous n'avons malheureusement pas autant de temps. C'est toujours passionnant. Quand on me pose la question, les gens s'attendent toujours à une histoire de sportif professionnel ou d'athlète olympique, car j'ai beaucoup voyagé dans ce domaine et je continue à le faire. Mais les personnes qui m'impressionnent le plus sont celles qui ont les plus gros problèmes ou les blessures les plus graves. Il y a un scientifique aux États-Unis qui fait des recherches dans le domaine des blessures au cerveau. Celui-ci dit qu'il faut autant de temps et de travail pour rétablir le mouvement d'un bras après un infarctus que pour préparer un athlète aux Jeux olympiques. C'est le même travail, mais sans l'attention du public et sans les moyens financiers. Pour moi, la meilleure histoire est donc celle de la récupération après de terribles blessures.

Il y a dix ans, une jeune femme est venue me voir en tant que patiente pour une encéphalite. Elle avait auparavant reçu une perfusion d'antibiotiques à l'hôpital afin de survivre. Cependant, les antibiotiques avaient détruit son système vestibulaire, ce qui est un effet secondaire connu de ce puissant médicament. Elle avait de graves problèmes d'équilibre, ne pouvait pas marcher et se déplaçait en fauteuil roulant. Elle avait déjà suivi pendant deux ans un programme spécial de neuro-réhabilitation dans un hôpital. Trois ans plus tard, je l'ai rencontrée. Elle pouvait marcher sommairement avec un déambulateur et n'avait que 26 ans, donc très jeune. Elle venait de se marier mais ne pouvait pas conduire de voiture ou de vélo, ne pouvait pas voyager et ne pouvait, au mieux, que marcher environ 50 à 100 mètres avant de tomber. Ce qui est intéressant, c'est que je n'ai travaillé avec elle que quatre fois. J'ai utilisé des évaluations de base et quelques exercices visuels et vestibulaires complexes. Je l'ai vue une fois tous les deux mois pendant l'année et les choses se sont améliorées à chaque fois. Lors de notre troisième rencontre, elle m'a dit qu'elle était allée à la mer avec son mari - deux heures de route ! Un an après notre dernière rencontre, elle m'a envoyé un morceau de coquillage d'une plage de Californie. Elle vivait en fait à Boston et voulait ainsi me faire savoir qu'elle pouvait désormais voyager.

Aujourd'hui, elle m'envoie une carte chaque année, a déménagé et a un bébé. Elle a retrouvé sa vie. Je dis toujours aux gens : l'avantage de l'entraînement neurocentrique, c'est que si tu es bon dans ce domaine, tu peux identifier le problème. Ensuite, c'est au patient de faire ses exercices. J'ai beaucoup de respect pour cela, car ils doivent travailler dur.

C'est une histoire impressionnante. L'entraînement neurocentrique aide manifestement les patients à s'améliorer. Tu dis en outre que cet entraînement contribue à atteindre plus rapidement les objectifs. As-tu un exemple à ce sujet?

Chaque fois que je travaille avec des patients, je veux choisir des évaluations qui testent le plus précisément possible la zone qui présente un dysfonctionnement. Ce que nous savons jusqu'à présent, c'est que l'on peut voir très, très rapidement les changements dans le fonctionnement du cerveau. Le cerveau est très adaptable. On peut voir les modifications de la circulation sanguine, de la teneur en oxygène ou de la composition minérale ainsi que de la fonction. Si l'on observe par exemple la circulation sanguine dans une IRM fonctionnelle et que l'on bouge la main du patient, on peut voir directement l'augmentation de la circulation sanguine qui en résulte. L'un de nos objectifs est donc de générer le plus rapidement possible des changements (douleur, ROM, force, etc.) pour les dysfonctionnements existants à l'aide d'une impulsion dosée de manière appropriée. Nous testons, appliquons un stimulus ou effectuons des exercices et testons à nouveau. Les changements ou les réactions sont parfois si rapides qu'ils sont directement visibles si l'on a appliqué le bon stimulus - malheureusement aussi si l'on a appliqué un mauvais stimulus. Cela fonctionne donc dans les deux sens. C'est un point important. Normalement, les élèves apprennent toujours de nouveaux contenus dans les séminaires de perfectionnement. Souvent, la connaissance la plus importante ici est de reconnaître les méthodes et les outils que l'on n'utilise pas. Nous essayons de comprendre comment fonctionne le cerveau de nos patients et de quelles méthodes et outils il a besoin - et surtout de quels outils il n'a pas besoin. C'est la seule façon d'obtenir des résultats rapides.

Peux-tu nous parler plus en détail du mode d'action de ton entraînement en cas de douleur chronique?

La douleur chronique est un animal particulier, une espèce à part entière, tant elle a de paramètres différents. Dans nos cours, nous consacrons beaucoup de temps à cette thématique, car la neurothérapie moderne de la douleur est d'une part fascinante et d'autre part compliquée. Mais à chaque fois que l'on s'intéresse à la douleur chronique, la chose la plus importante est la suivante : Si tu as un patient ou un athlète souffrant de douleurs chroniques, laisse-le faire exactement ce qu'il a toujours fait. Cela ne résoudra probablement pas le problème, sinon ce serait déjà fait. Il faut donc considérer les choses différemment. La douleur est la conséquence d'une collection de dysfonctionnements ou - comme nous disons - de menaces. Prenons par exemple la douleur au genou : dans les tests, il s'avère qu'il y a en plus des problèmes visuels, des problèmes d'audition et aussi d'équilibre.

Il y a tellement de possibilités différentes. Peut-être que tu dors mal et que tu as un travail qui ne te plaît pas. La recherche montre que tous ces différents paramètres jouent un rôle dans le cycle individuel de la douleur chronique. Chaque fois que nous travaillons avec un patient souffrant de douleurs chroniques, nous devons donc nous assurer que tous ces différents facteurs d'influence sont pris en compte et que nous les éliminons un par un.  Ce que je peux dire de mes 20 ans d'expérience dans l'entraînement de patients souffrant de douleurs chroniques, c'est que la plupart de ces patients ont des problèmes dans le domaine visuel ou dans l'oreille interne. C'est ce problème que nous abordons en premier. C'est une bonne étape pour voir ce dont ils ont besoin et pour identifier les autres problèmes.

Nous soutenons tes cours avec une sélection de petits appareils extraordinaires que tu nous proposes. Ceux-ci ont l'air très spéciaux, très différents des produits que nous distribuons par ailleurs. Peux-tu nous parler de l'importance de ces produits dans tes cours ? Comment les utilises-tu ?

Ces produits ne sont pas développés en interne. En fait, la plupart du temps, je cherche ou j'utilise des produits existants et je les utilise autrement que prévu. J'essaie de trouver d'autres possibilités d'utilisation pour remplir nos objectifs. Parmi les petits appareils, tu en trouveras tellement qui servent à tester le système visuel : Tableaux visuels, cordons, perles et autres objets farfelus. Nous avons également des petits appareils manuels pour tester la perception. Les objets que tu vois le plus souvent dans nos cours sont des petits appareils portables. C'est important. Lorsque tu commences l'entraînement neurocentrique, le patient doit être capable de poursuivre les exercices à la maison. Il ne suffit pas de traiter le patient une ou deux fois par semaine. Il doit devenir son propre thérapeute. Tu ne trouveras donc pas chez nous tout ce qui nécessite beaucoup de place. Nous utilisons des choses simples et petites que nous pouvons donner aux patients pour qu'ils puissent s'entraîner chez eux.

 


A propos de la personne

Eric Cobb a obtenu son diplôme de chriopratique (Magna Cum Laude) à l'University of Western States en 1994. En 2003, il a fondé Z-Health Performance - une entreprise spécialisée dans le développement de programmes de rééducation et de performance sportive avancés et centrés sur la neurologie. Lui et son équipe forment des coachs de fitness, des entraîneurs sportifs, des thérapeutes et des médecins du monde entier.

Retour au blog

2 commentaires

Hi Lydia. Im Falle deines Mannes ist wohl eine persönliche Beratung empfehlenswert. Wenn du möchtest, kannst du mal in unsere Trainer-Suche schauen. Hier findest du alle Neuroathletiktrainer in Deutschland, die die Z-Health-Ausbildung bei Dr. Cobb absolviert haben: https://artztneuro.com/pages/finde-deinen-neuroathletiktrainer

Viele Grüße und herzliche Genesungswünsche an deinen Mann.

Jonas

Hallo, mein Mann ich leidet an Psoriasis Arthritis seit ca. 12 Jahren und vor 3 Jahren kam noch Leukämie CML dazu . Nun hat er seit über einem Jahr Knochenmark Ödeme an beiden Mittelfußknochen , ist seit 7 Wochen im Krankenschein weil er nicht die Füße belasten soll aber es bringt auch nach einer Kortisonspritze in den Fuß keine Besserung. Kein Arzt weiß woher die Ödeme kommen . Haben Sie einen Rat ? Mein Mann ist 55 Jahre , sehr sportlich.
Mit freundlichen Grüßen
L. Schnubel

Schnubel Lydia

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.

1 de 3
1 de 3